space logo space
puce Alphabetville
puce Théorie/critique
puce Création
puce Liens
space
Accueil > Théorie/critique > Rencontres thématiques, séminaires de recherche, événements, résidences > Le peuple manque-t-il ? > « Power to the people »
space

« Power to the people »
Programme radiophonique conçu avec Radio Grenouille, 88.8 FM, Marseille
Emission diffusée sur Radio Grenouille

 

Ce titre d’une chanson de John Lennon du début des années 70 trouve étonnamment écho dans un slogan de la récente campagne présidentielle française.

La musique pop a eu des engagements politiques, directs ou indirects, dans les textes ou dans les musiques, dans les attitudes et les rébellions des artistes et des musiciens, des groupes et des mouvements. Dans sa grande audience, elle a certainement eu des effets. Mais... la culture de masse et la culture populaire ne sont peut-être pas équivalentes, et les objectifs économiques de l’un ne sont peut-être pas identiques aux expressions politiques de l’autre. Selon les philosophes Adorno et Horkheimer, dans le cas de l’industrie culturelle, la logique de l’œuvre serait dominée par la rationalité économique, celle-ci anéantissant le dialogue véritable de cette première avec le système social. Ils inventent d’ailleurs le terme Kulturindutrie afin d’exclure l’idée que cette forme émerge spontanément des masses : de cet art, l’industrie culturelle se distingue par principe, en confectionnant des produits pour la consommation par ces masses, dites populaires.

La complexité de la problématique culturelle est ainsi définie. Et certainement fut-elle défiée et est-elle encore à défier...

Après les avant-gardes et les expérimentations, à la suite de la contre-culture, où se situent alors de nos jours les espaces de possibles renversements, les interstices pour des formes inouïes, pour des voix qui s’élèvent, les lieux de la création, les nœuds de la relation ?

Comment les musiques populaires peuvent-elles être encore des chants du peuple ?

Ecoute et discussion avec :
Veronica Chiner, spécialiste des musiques hispanophones, animatrice de l’émission Rumbaketumba http://www.radiogrenouille.com/rumbaketumba/

Djam, musicien du groupe Drunksouls http://www.drunksouls.com/

Colette Tron, critique, directrice d’Alphabetville www.alphabetville.org

Animation :
Stéphane Galland, programmateur musical et journaliste à Radio Grenouille

>> Ecouter l’émission, 59’ (136 Mo)



space
<< retour au sommaire