space logo space
puce Alphabetville
puce Théorie/critique
puce Création
puce Liens
space
Accueil > Théorie/critique > Rencontres thématiques, séminaires de recherche, événements, résidences > Le peuple manque-t-il ? > « DES VIES VIOLENTES. DES CORPS EXPOSES. » Figures de l’émancipation de l’individu dans le cinéma contemporain.
space

« DES VIES VIOLENTES. DES CORPS EXPOSES. » Figures de l’émancipation de l’individu dans le cinéma contemporain.
Vendredi 25 mai, conférence à 19H00 et film à 20H30
Lieu : salle de la Cartonnerie, Friche Belle de Mai

 
Conférence de Sylvain George, écrivain et réalisateur
A travers un corpus de films (Glauber Rocha, Raymundo Gleyzer, Pier Paolo Pasolini, Ritwik Ghatac...), nous verrons comment une « dispute » entre les concepts de « peuple qui manque » de Gilles Deleuze et celui de « peuple qui vient » de Walter Benjamin, permet de s’interroger sur les puissances du cinéma, de réfléchir à la définition d’une politique minoritaire et impossible, de s’opposer à la violence et au terrorisme d’Etat.

(JPG) 20h30
Projection de « LES ECLATS (ma gueule, ma révolte, mon nom) » de Sylvain George


Eclats de voix, éclats de rire, éclats de rage ; bribes de mots, d’images et de mémoire ; paroles du proche et du lointain, d’hier et d’aujourd’hui, d’Afrique, Moyen-Orient, Europe ; maladies disparues, mains de métal, souffle du vent, geste du soleil au couchant, reflets rouge-sang ; rafles policières, cortèges guerriers, cour d’injustice... Pour une cartographie de la violence infligées aux personnes migrantes, de la répétition de la geste coloniale, et du caractère inacceptable du “monde comme il va”.


— -

Sylvain George
Ecrivain et cinéaste. Après des études de 3ème cycle en philosophie, droit et sciences politiques, et cinéma, il réalise depuis quatre ans des films-essais poétiques, politiques et expérimentaux, sur la thématique de l’immigration notamment. Son travail, influencé par la pensée de Walter Benjamin, placé sous le signe du réveil et de l’émancipation, allie recherche formelle exigeante et engagement militant. Il réalise aussi bien des ciné-tracts radicaux (la série des Contre-feux) au service de collectifs informels ou de sans-papiers, que des films plus personnels, engagés contre les politiques iniques qui traversent et modèlent notre société.
Entrée libre pour la conférence
Tarif projection : 4 €

Restauration possible sur place
space
<< retour au sommaire