space logo space
puce Alphabetville
puce Théorie/critique
puce Création
puce Liens
space
Accueil > Théorie/critique > Rencontres thématiques, séminaires de recherche, événements, résidences > Le peuple manque-t-il ? > « ALBERTINE DISPARUE » ou les lendemains d’un avenir qui n’a pas eu lieu
space

« ALBERTINE DISPARUE » ou les lendemains d’un avenir qui n’a pas eu lieu
Jeudi 5 avril, 18H00
Lieu : restaurant les Grandes tables de la Friche, Friche Belle de Mai

 
Conférence de Jean-Paul Curnier, philosophe et écrivain
en collaboration avec Système Friche Théâtre dans le cadre « L’art en partage » avec ARTfactories/Autre(s)pARTs.

Du début du XXème siècle jusqu’à la fin des années soixante dix l’art a poursuivi sa route en Occident, arrimé, bon gré mal gré, à la perspective d’une révolution sociale qui irradiait le présent depuis un horizon parfois lointain, parfois immédiat et depuis lequel elle donnait la direction de l’histoire à la manière d’un phare. Mais cette œuvre possible de la liberté humaine comme production par elle-même de son propre destin n’a pas eu lieu, le peuple souverain a disparu et l’art aujourd’hui, sans son destinataire universel qu’incarnait ce peuple artiste de lui-même est comme enfermé dans un lendemain qui s’éternise, le lendemain d’un temps dont l’avenir n’a pas eu lieu. Pourtant, la question du destinataire et celle de la destination restent essentielles, en art comme ailleurs. C’est la perspective obsédante du retour du peuple disparu qui masque ce qui vient réellement et la venue d’un « Temps retrouvé », comme elle masque également la nature même de ce que nous appelons « Le peuple ».




— -

Jean-Paul Curnier
Auteur de nombreux textes d’essai sur l’actualité, l’image, l’esthétique, les media. Auteur également d’ouvrages littéraires, de pièces pour le théâtre et pour la danse, de films et d’installations vidéo. Collaborateur régulier de la revue Lignes, Éd. Hazan. Il donne des cours d’esthétique dans différentes universités. Proche d’intellectuels tels Jean Baudrillard ou Henry-Pierre Jeudy, il l’est aussi de nombreux artistes ou encore du cinéaste Jean-Luc Godard. Son dernier roman, Le commerce des charmes, interroge la possibilité de continuer à produire des représentations de notre monde.


Entrée libre
Apéritif rebelle offert
Tarifs boissons et repas du restaurant
« L’art en partage » : Du 28 mars au 6 avril 2012 un mouvement de démocratie artistique agitera l’aire métropolitaine marseillaise. Cet événement participe d’un dispositif de recherche-action initié par ARTfactories/Autre(s)pARTs. Ce projet qui associe des chercheurs et des acteurs culturels entend souligner la pertinence de l’ensemble des démarches de créations partagées qui inventent de nouvelles formes de démocratie artistique et culturelle. Plus d’informations sur le site artfactories.net
space
<< retour au sommaire