space logo space
puce Alphabetville
puce Théorie/critique
puce Création
puce Liens
space
Accueil > Théorie/critique > Rencontres thématiques, séminaires de recherche, événements, résidences > Les effets McLuhan ( ? ) > « Frontières réelles, frontières virtuelles : vers quelles spatio-temporalités, vers quelles géopolitiques ? »
space

« Frontières réelles, frontières virtuelles : vers quelles spatio-temporalités, vers quelles géopolitiques ? »
Jeudi 3 novembre

 
Notre planète est un village global où le centre est partout et la périphérie nulle part.
Marshall McLuhan

La frontière est conçue classiquement comme une ligne qui distingue des espaces par le dessin d’une périphérie. Elle est une ligne de fracture sur laquelle s’additionnent une série de coupures, politiques, juridiques, culturelles, esthétiques, etc. Évidemment, cette frontière n’est pas étanche, et elle ne doit pas l’être. Elle a un rôle de filtre, mais ce filtre fonctionne sur un principe essentiellement spatial et concentre un ensemble d’effets symboliques et pratiques. Elle a une fonction d’homogénéisation d’une continuité spatiale centrée autour d’un ou de plusieurs pôles qui fonctionnent comme des centres et qui jouent le rôle de zones de concentration de pouvoir, d’autorité, de valorisation symbolique et de richesse économique. La frontière classique forme donc un couple logique avec la notion de centre (par exemple une capitale dans l’espace politique). On peut considérer que le processus de la globalisation/mondialisation introduit un effet d’ingestion des frontières. Cela ne signifie pas que les frontières disparaissent, mais qu’elles sont en quelques sorte intériorisées et démultipliées, que leur signification n’est plus essentiellement spatiale mais spatio-temporelle (elles jouent sur des sphères de circulation de vitesses différentes), que leur multiplicité dessine des espaces qui ne se recouvrent pas et qui peuvent même paraître contradictoires. La fonction de filtrage et d’intégration dans des procédures de contrôle, déjà présente, est devenue dominante. La frontière perd alors son fonctionnement en binôme/opposition avec la notion de centre, les deux tendant même à se recouvrir (ça ne veut pas dire que les centres disparaissent, pas plus que les frontières - on n’a jamais construit autant de murs que depuis la chute du mur de Berlin).
Ecole supérieure d’art

10h00
Conférence de Roger Malina
« Données massives, science citoyenne et responsabilité dans le monde réticulaire »
McLuhan faisait remarquer que chaque nouveau media entraîne de nouvelles sortes de responsabilités. Je proposerai certaines problématiques liées aux observatoires ouverts, à la science citoyenne et aux données massives (big data), en présentant des initiatives art-science qui en relèvent.

Roger Malina est directeur de l’Observatoire astronomique de Marseille-Provence, rédacteur des publications Leonardo à MIT Press et co-responsable du pôle arts-sciences de l’IMéRA


10h30
Conférence de Cédric Parizot
« Localiser les frontières, de l’espace géographique aux réseaux. Le cas israélo-palestinien »
Cette intervention propose une ethnographie des réseaux de parrainage formels et informels qui se sont développés depuis les années 1990 autour des procédures d’attribution de permis de travail aux ouvriers palestiniens de Cisjordanie employés en Israël. Partant de cet exemple concret, je montrerai comment des procédures administratives et les stratégies de contournement qu’elles ont suscitées ont contribué à détacher la frontière de l’espace géographique pour l’inscrire dans des réseaux de relations et, ainsi, lui donner un caractère virtuel.

Anthropologue du politique, chercheur à l’IREMAM, Cédric Parizot est membre du comité de pilotage de l’IMéRA. Il vient de publier en co-direction avec Stéphanie Latte Abdallah un ouvrage intitulé A l’ombre du mur : Israéliens et Palestiniens entre séparation et occupation, Actes Sud-Arles.


11h30
Ecoute d’archives radio de l’INA

12h-12h30
Discussion


14h00
Conférence de Franck Bauchard
« Penser la politique culturelle en dehors du rétroviseur : un kit de survie mc luhanien »
Pour qui veut comprendre les mutations des pratiques artistiques et culturelles d’aujourd’hui , Mc Luhan peut constituer un précieux guide. Non pas tant parce qu’il a été perçu rétrospectivement comme un prophète d’évolution en cours. Mais avant tout car il nous propose une méthode et une stratégie d’écriture pour percevoir et penser les environnements technologiques d’aujourd’hui. Cette méthode est notamment celle de la sonde.

Franck Bauchard est directeur de La panacée, centre d’art et culture contemporaine ; directeur artistique de la Chartreuse/centre National des Ecritures du Spectacle (2007 - 2011) où il a conçu le programme des Sondes dans un prolongement de la vision critique des média de McLuhan. Il publie régulièrement sur le théâtre et les nouveaux médias depuis 1995. Il a enseigné dans de nombreuses universités et dans des écoles supérieures de théâtre en France et à l’étranger.


15h00
Table ronde
« Frontières en mutation »
Animée par Emmanuel Vergès
Avec Franck Bauchard, Emmanuel Guez, Emmanuelle Raynaut La création artistique avec les outils numériques cherche à traverser en permanence les frontières des disciplines, des formes, des espaces quels qu’ils soient - scène, espace public... Une traversée qui tend à reformer des œuvres. Dans cette recherche, les corps prennent une place importante, dans leurs rapports aux technologies de la globalité. Des corps qui se cognent aux limites de la technologie pour en discerner - enfin ? - les contours. A partir de l’œuvre l’Intrus et de la démarche artistique d’Emmanuelle Raynaut, cette table ronde posera une réflexion sur la totalité métaphorique que nous propose les outils à travers cette oeuvre immersive, et développera une perspectives sur les moyens de construire ces nouveaux contours. Le travail d’Emmanuelle Raynaut sur la performance, comme une forme d’activité et d’activisme initiera la discussion avec Franck Bauchard et Emmanuel Guez.

Emmanuelle Raynaut est née et a grandi à Paris. Après une licence en sociologie politique et un diplôme d’histoire de l’art à Paris, elle entre à l’Académie des beaux-arts de Florence avant de poursuivre à Turin. Dès le départ, son intérêt est centré sur les relations entre l’image et l’espace. Ainsi, elle pose d’emblée la question de l’échelle, une question qu’elle articule à la complexité de la perception et à la présence du corps. Elle travaille aujourd’hui sur différents projets d’installations-performances, et développe, depuis 2008, L’INTRUS, un projet de performance audio vidéo immersif.

Chef de projets à la Chartreuse - Centre National des Ecritures du Spectacle, Emmanuel Guez enseigne à l’Ecole Supérieure d’Art d’Avignon et à l’Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Paris
Site web du projet sondes : http://www.sondes.chartreuse.org
Blog personnel : http://www.writingmachines.org



16h00
Discussion

16h30
(JPG) Projection du film « Optical vacuum » de Darius Kowalski (2008, 55’)

« Vues impersonnelles provenant de webcams et de caméras de vidéosurveillance du monde industrialisé, qui passe indifféremment d’une laverie automatique à un parc public, d’un bureau désert à une plage de sable fin. Espaces publics et lieux semi privés y dessinent une géographie mondialisée de non-lieux. Paradoxes d’un non-tournage et d’un voyage immobile, les enjeux sont autant la surveillance que les contours de notre monde, sa mémoire ou sa disparition. » (extrait d’une présentation par N. Féodoroff)

« Nulle part ailleurs il n’est question de ’l’Ère du Panoptique’, un œil qui verrait tout ce qui est encore hors d’atteinte, plus sûrement que par le moyen qui a porté l’omniprésence et la fugacité à l’échelle mondiale : l’Internet. Sur Internet, le paradigme connu à ce jour par notre appareil d’imagerie est devenu invalide. Il n’y a plus une seule perspective centrale, mais plutôt une multitude d’angles de vision se diffusant par le biais des webcams, aspirant sans cesse des images du flux de données numériques. » (extrait d’une présentation par D. Kammerer)

Darius Kowalski est né en 1971 à Cracovie (Pologne). Il vit et travaille à Vienne où il a étudié les arts des nouveaux medias à l’école des Arts appliqués. Artiste, il réalise des films et des installations. « Optical vacuum » a obtenu une mention spéciale au Festival International du Documentaire de Marseille.
Site : http://www.dariuszkowalski.net



17h30
Rencontre avec Derrick de Kerckhove (sur inscription)



Cité du livre

19h
Conférence du philosophe Peter Szendy
« Cosmétique et cosmopolitique »
Le mot grec kosmos voulait dire à la fois le monde et le bel ornement. Sa traduction latine par mundus a gardé ces deux sens (en français moderne, on entend encore le faible écho de la seconde acception, mais sous une forme négative ou privative, dans l’adjectif immonde). En regardant de près des extraits de films de science-fiction, en se laissant aussi guider par les écrits de Kant dans lesquels il est - très sérieusement - question des habitants des autres mondes, on se demandera comment on peut prêter l’oreille aujourd’hui, à l’ère de la globalisation et de la déterrianisation, à cette double portée du nom cosmos. Posons ces deux hypothèses :
1. on pourrait nommer cosmopolitique une géopolitique qui déborde les frontières de la Terre ;
2. c’est depuis cet espace extraterrien ou satellitaire que, de plus en plus, s’exerce le contrôle et la distribution - donc aussi le maquillage, la retouche, la cosmétique de ce qui nous est donné à percevoir, ici-bas.

Peter Szendy est maître de conférences en philosophie à l’université de Paris Ouest Nanterre et conseiller musicologique à la Cité de la musique. Il est notamment l’auteur de Sur écoute. Esthétique de l’espionnage (Minuit, 2007), de Tubes. La philosophie dans le juke-box (Minuit, 2009) et de Kant chez les extraterrestres. Philosofictions cosmopolitiques (Minuit, 2011).


Voir le programme de la journée du 4 novembre
space
<< retour au sommaire