space logo space
puce Alphabetville
puce Théorie/critique
puce Création
puce Liens
space
Accueil > Théorie/critique > Rencontres thématiques, séminaires de recherche, événements, résidences > unCAGEd > Lecture, performances, dîner, concerts
space

Lecture, performances, dîner, concerts
Jeudi 13 décembre

 
18h30 - Studio

Une programmation proposée par eRikm

> Lecture

Merida les Andes, 1975 par Julien Blaine
Hier nous avons cueilli dans la vallée de San Javier, au cœur des Andes vénézuéliennes, à quelques kilomètres de Merida, et dans les champs, divers champignons ; _Le soir nous avons fait une superbe omelette.
La digestion vint et le voyage avec ; un voyage !!!
Multicolore, multisonore,
Multi-multi...

(JPG) Suivie d’un concert de Julien Blaine Hommage à Cage 2nd avec conques préparées, jouées et brisées.

Julien BLAINE est né en 1942, à Rognac, au bord de l’Étang de Berre, flaque de mer jadis bleu-azur, aujourd’hui marron glacé.
Il vit à ---, à ---, à Ventabren et à Marseille et nomadise le plus possible.
Sous un autre prénom (Rick), il serait né à Casablanca la même année.
Sa mère, Vivian, née en 1921 a tenu son plus beau rôle auprès de Laurel et Hardy dans Jitterbugs (1943). Frère aîné de David, il est plus magique que lui ! Quant à lui, sous un autre prénom (Guy), dans sa jeunesse, il a soufflé Barbie à Ken.
Par ailleurs, il a écrit de quelques livres, réalisé quelques expositions, donné quelques performances et organisé quelques manifestations.
Enfin c’est toujours l’éditeur de Doc(k)s.
Pour en savoir plus : www.documentsdartistes.org/blaine



> Performances par eRikm et Natacha Muslera

(JPG) Imaginary Landscape No. 4, 1951, 4 ’, interprété par eRikm
Pièce pour 12 radios, ce paysage imaginaire quatrième du nom s’inscrit pleinement dans le principe de l’aléatoire développé par Cage.
« Si la radio n’est guère qu’un objet sonore parmi d’autres pour John Cage, plus encore que le piano arrangé, elle est l’instrument de l’indétermination par excellence » écrit Catherine De Poortere. Et encore : « La radio n’a pas de sens, elle les contient tous, n’en retient aucun. » Tout comme les sons.

Aria, 1958, 10’, interprété par Natacha Muslera
A l’origine cette pièce vocale a été dédiée à Cathy Berberian, puis elle l’a interprétée en 1959. Depuis elle ne cesse d’être jouée à travers le monde, sous différentes formes. En parcourant les multiples versions, Natacha Muslera s’est questionnée sur la manière d’interpréter et de transposer cette pièce, afin qu’elle maintienne sa pertinence, sa vivacité, sa sagacité accidentelle, en 2012. _ A l’heure actuelle, le microphone est omniprésent dans de nombreuses expressions musicales, (le rap et les MC, la pop, le rock, la noïse, l’électroacoustique, le jazz, le human beatbox, etc...). Se servir de cet outil pour l’Aria, non plus comme moyen d’amplifier la voix, mais comme instrument intrinsèque à la voix.

4’33, 1952, 4’33, interprété par eRikm, vidéo réalisée en 2008, accumulation des 4’33 en streaming sur le web
L’interprétation cumulative des différentes variations de 4’33 sur le net, autant amateurs que professionnelles, existe à profusion. La superposition visuelle et acoustique de ces vidéos en streaming font apparaître l’environnement acoustique de chacune de ces réalisations, les bruits de fond, ainsi de l’omniprésence des rumeurs urbaines ou des salles de spectacle. À l’instar des sons émis par son propre corps, perceptible dans une chambre anéchoïque, ce qui se produit lors de cette performance, consiste à faire apparaître l’absence de silence dans le réel. Que cela soit dans l’atmosphère ou sous les eaux, le monde du silence ne règne que dans le cosmos, pour le moment...
eRikm 2012

... et autres pièces ...

eRikm et Natacha Muslera, artistes sonores et plasticiens, s’infiltrent dans les pièces de John Cage. Ils les transposeront dans l’aujourd’hui, en continuant, mouvement perpétuel, la vitalité de la pensée cagienne.
Interpréter les pièces de John Cage équivaut à un acte où se réinvente et se pense la soudaineté du temps et de l’expérience, en relation avec le réel qui nous meut. Mutations, transformations, pulsation irrégulière, émancipée de la périodicité.


P.A.F : 4 €


A partir de 20h

Sur une idée originale de l’artiste eRikm, le restaurant les Grandes tables de la Friche proposera des plats à base de champignons.

Champignons dont John Cage était un fin connaisseur. _ Mycologue, il est l’auteur d’un « Livre des champignons » sur les liens entre sa conception de la musique et cette forme biologique...

Tarifs du restaurant
Réservation : 04 95 04 95 85



A 21h30 - salle Seita

Concerts proposés par le GRIM dans le cadre du festival Nuit d’Hiver #10

Subspecies
Subspecies a en ligne de mire l’intention de confronter différentes conceptions de la création musicale, à la fois à travers des approches liées à la composition écrite et à l’improvisation. Ce projet fait interagir un quartet issu du jazz, du rock et de la noise, avec un « quatuor acoustique ».
Interprètes : David Merlo, basse, Simon Sieger, claviers, Thomas Wierich, guitare, Damien Ravnich, batterie, Marine Rodallec, violoncelle, Pascale Guérin, alto, Antonin Chabrat, clarinettes, Thomas Dubousquet, saxophone

John Cage Project
Par le Cabaret contemporain, avec Etienne Jaumet de Zombie Zombie
Les musiciens du Cabaret Contemporain entendent fêter dignement le centenaire de la naissance et le vingtième anniversaire de la mort de John Cage, en invitant le musicien Etienne Jaumet, moitié du groupe électro “Zombie, Zombie”. Ils revisitent ensemble les pièces les plus percussives et les plus rythmiques du compositeur américain (composées dans les années 1940) mélangeant timbres et textures électriques, électroniques ou encore acoustiques de leur instrumentarium original.
Interprètes : Giani Caserotto, guitare électrique, Fabrizio Rat, piano préparé, Ronan Courty, contrebasse, Julien Loutelier, batterie, Etienne Jaumet, synthétiseur

Tarif concerts : 7/9 €
Réservations : 04 91 04 69 59
space
<< retour au sommaire